le creux du silence

« Vains sont ces textes que je laisse à pleins paniers ;
Ils ne font que brouiller mon destin à venir.
Voici que s’assombrit le chemin vers les sources.
Voici pur et glacé le tumulus transi.
La rosée du matin s’est tout évaporée ;
Il n’y a plus que dans la nuit le bruit des pins. »
Tché K’ai, 568, traduction Démiéville

reprendre les chemins de l’encre et
se reposer au creux du silence
Lavis 24×32, réalisé ce soir

 

IMG_20181016_200131

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s