Retour au bleu

Pastel A4

Quand la tristesse et la joie de la mer
Se mélangent séparément – sur la plage au déclin du jour
Elle dit : Si la mélancolie me surprenait
Je m’étendrais sur le sable nain
Pour être nue et pour mourir
Et moi je pensais que la mort
C’est d’abord les yeux fermés
Une nuit blanche dans les fleurs
et la prière
Puis quatre cierges au souffle d’or

Les poésies de Georges Schehade

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s